A_game_of_thrones_1

 

 

Récemment le monde merveilleux du net et du streaming de la série télé diffuse sous nos yeux un nouveau soap opera top moumoute épique. A game of thrones que ça s'appelle. Même que c'est tiré d'un bouquin du même nom qu'il parait (sérieux j'ai une culture en lecture fantastique noobesque). A game of thrones donc c'est l'histoire ou plutôt les histoires de tout un petit monde qui lutte pour le pouvoir, survivre, grandir, bref la grande histoire de la vie mais avec des loups, de la magie, des guerres, des nains, des gens habillés en elfe (mais qui n'en sont pas), des personnages merveilleux et des belles donzelles histoire que ça fasse plus joli.

 

 

Dès le premier épisode on est mis dans le bain des différents enjeux. A_game_of_thrones_2Enfin moi le bain pas trop, j'ai un peu surnagé dans ce pilote trop dense, le fait que je fasse toujours un truc en même temps que je regarde un film sur mon ordi y est absolument pour rien j'vous assure. Les personnages sont bien joués, croient au trip, et costumes-Zé-décors oulala- "ok" me suis-je dit "on va tenter un deuxième épisode". Et là bim! Je me suis attachée au clan Starck, ses ennemis, ses alliés et j'ai commencé un peu à comprendre le schmilblick à savoir que ça va craindre du boudin dans pas longtemps (déjà qu'en interne on se tire dans les pattes joyeusement). Que derrière le Mur rolala c'est magie et méchanterie, bref ça va saigner. Et que winter is coming. Déjà qu'à Winterfell, ça a beau être l'été, z'ont l'air de se les cailler velu de la peau de mouton. Mais bon vent, neige et giboulées donnent à nos protagonistes une bouille tragico-nostalgique de darkos au sombre destin évoluant sous le ciel froideux. Top romantique.

 

 

 

 A_game_of_thrones_3

Bon mais si vous êtes plutôt cocotiers, et que pour vous aventure rime avec Caraïbes, tout va bien, le Monde est grand, et on a droit aussi à nos intrigues sous le soleil, et tenues estivales qui vont avec.

 

Plus sérieusement la série a reçu de bonnes critiques; j'ai cependant lu à quelques endroits des chagrins qui critiquaient l'exposition gratuite et inutile de nibards. Comme si on montrait comme ça et sans raison des filles à demi-nues. Quelle idée.