lundi 31 octobre 2011

"La douceur convulsive des ventres funéraires, accouche de revenants aux yeux pâles et meurtris...

halloween 2011 copie

 

... parmi les os broyés des squelettes en poussière, couronnés de lauriers desséchés et flétris."

Les feuilles ont encore leur couleur chaude, les températures une fausse douceur, mais les jours déclinent et la lumière prend déjà l'éclat morose du mois Nivôse : nous entrons dans la saison sombre.

Posté par luria à 03:33 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 28 octobre 2011

Quem patronum rogaturus ?

 

poussières copie

 

poussières2

 

Posté par luria à 01:34 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

lundi 17 octobre 2011

Swing Time

the artist

Peut-on aller voir un film sorti cette année, film en noir et blanc et muet, dont le jeu des acteurs est adapté en conséquence et l’apprécier autant que si on avait devant les yeux une pellicule du début du siècle précédent ?

Je suis allée voir The Artist surtout par curiosité après avoir lu sur la feuille de chou gratuit du matin qu’un tel film sortait (comme quoi des fois on y trouve des infos intéressantes, autres que, qui s'est mangé un mur ou a tué sa famille avant de prendre son bain la veille).
Et bien... l'émotion est là. Oui, pour me répondre, de nos jours on peut faire un beau film, un film touchant, un film parlant sans mots, avec des acteurs qui en font trop, le trop du théâtre, le trop du mime, le trop des photos, le trop qu'on aimerait parfois pouvoir exprimer nous-même sans qu'on nous dise d'arrêter de faire tout un cinéma. Un muet éloquent, le cinéma d'autrefois tourné aujourd'hui, c'est encore d'actualité.

Cependant, cependant, cependant, je dois avouer préférer le parlant au muet (mes excuses Monsieur George Valentin) , je crois que pour moi les mots, les phrases, ont beaucoup d'importance dans le cinéma.

 

Posté par luria à 17:52 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 10 octobre 2011

Is this really madness?

alice return to madness copie

Cela faisait longtemps que je n’avais pas parlé jeux vidéo sur ce blog. Ca ne va plus du tout. Faut dire jusque là je n’ai pas trouvé mon bonheur et surtout je n’avais pas le temps de le chercher. Je vais donc parler du dernier joué en date. Alice : retour au pays de la folie. J’avais vu le trailer du jeu en juin dernier, glauque et sanglantissime et j’en salivais d’avance.  Bon alors déjà soyons honnête, c’est pas si glauque que ça ou alors si la mode est aux émogoth, on va dire qu’Alice est émo-glauque. Mais sinon il est joli. Par contre je me suis lancée dans l’aventure sur un coup de tête sans connaître le type de jeu. Plateforme-action-tatapoum allons-nous dire. Aïe.alice return to madness2

Moi qui n’ai jamais rien réussi à faire faire à Lara Croft à part la noyer j’étais mal partie. Mais en fait ça va, c’est jouable (Super Mario j’étais pas mal douée cela dit). La progression n’est que pirouettes, sauts, galipettes, entremêlé d’endroits secrets à découvrir, de batailles contre créatures diverses et énigmes pas compliquées. Le choix de la caméra varie selon la lubie des programmeurs et parfois on se voit jongler sur une différente vue avec les touches de clavier et ça je n’aime pas. Oui je suis joueuse à la souris, oui on peut BIEN jouer sans clavier, mais là n’est pas question, le clavier est obligatoire. Entre les loupés de bord de fenestre et les passages difficiles de tuage de monstres où à sa mort on en revient au passage, celui juste avant les 24 sauts complexes et vire voletants, avec une image qui rame et des chutes fréquentes, l’énervement s’atteint très vite, la théière bout, le chat ne rit plus. Oui car le jeu enregistre tout seul à certains points de passage. Dommage pour les adeptes du Ctrl+S dont je fais partie. Bref bof. Mais joli je le redis. Du genre à vouloir continuer l’aventure pour voir l’univers d’après. Mais… je ne crois pas que celui-là non plus je vais le finir. Allez dans moins d’un mois sortira Skyrim.

alice return to madness1

 

 

Posté par luria à 02:59 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 9 octobre 2011

En lettres gothiques

En lettres gothiques (octobre2011)

 

Parce que j'avais décidé d'un commun accord avec moi-même que je tentais de nouveaux styles de gribouillis. C'est la miss du mois qui en fera les frais.

 

Posté par luria à 23:59 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 7 octobre 2011

Froutch froutch.

automne copie

Automne. Prélude de l'hiver. Mais puisqu'il faut penser positif, l'automne est beau, et on peut faire froutch froutch dans les feuilles. Et l'automne, les gamins ils disent moins "papa papa regarde la dame en noir" (mais je ressemblais drôlement à l'amie de maman parait-il) (j'espère qu'elle est sympa l'amie de maman, parce que papa a juste dit onn'interpellepaslesgenscommeça sans même me regarder). Mais bon cette année à Genève on pouvait déjà faire froutch froutch dans les feuilles dès la mi-août alors franchement... Et puis ça ne me dérange pas tant que cela d'être la dame en noir. Sauf que quand même chuis pas assez vieille pour être une dame si? ... J'aime pas l'automne. C'est le prélude à l'hiver, toussa.

Posté par luria à 00:16 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

lundi 3 octobre 2011

Prendre racine (l'âge des ténèbres).

 

Getting tree colour copie

Il y a une certaine violence je trouve à voir le bourgeon, la pousse, la racine percer l'écorce, le bulbe ou la graine où dormaient ces milliers de cellules qui se multiplient, se différencient de leur berceau-méristème.

Et l’âge des ténèbres du titre en référence au film de Denys Arcand (qui suit -parait-il- les Invasions Barbares que j’avais bien aimé il me rappelle) que je n’ai vu que ce précédent week-end, qui m’a bien plu et qui est dans le ton de ce message.

 

Posté par luria à 20:00 - Commentaires [6] - Permalien [#]

samedi 1 octobre 2011

Don't follow. It might get muddy.

It might get muddy

Dans la soupe imprimée de joyeuses et partiales nouvelles de l'hebdomadaire gratuit de Hobbitebourg il y avait un article sur la difficulté d'être artiste et de vivre de son art dans le canton. Avec en morale de l'histoire que le créatif devait souffrir (en travail-alimentaire, vie précaire, etc) s'il voulait produire quelquechose intéressant de son art.
Mwé.
Je répondrais plutôt comme ceux qui ont eu l'Ig Nobel (Nobel des recherches sur des sujets improbables) de médecine et qui se demandèrent si une envie pressante d'aller aux toilettes modifie notre faculté à prendre des décisions.
Et donc en gros : parfois oui, parfois non.

Posté par luria à 17:18 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

  1