alice return to madness copie

Cela faisait longtemps que je n’avais pas parlé jeux vidéo sur ce blog. Ca ne va plus du tout. Faut dire jusque là je n’ai pas trouvé mon bonheur et surtout je n’avais pas le temps de le chercher. Je vais donc parler du dernier joué en date. Alice : retour au pays de la folie. J’avais vu le trailer du jeu en juin dernier, glauque et sanglantissime et j’en salivais d’avance.  Bon alors déjà soyons honnête, c’est pas si glauque que ça ou alors si la mode est aux émogoth, on va dire qu’Alice est émo-glauque. Mais sinon il est joli. Par contre je me suis lancée dans l’aventure sur un coup de tête sans connaître le type de jeu. Plateforme-action-tatapoum allons-nous dire. Aïe.alice return to madness2

Moi qui n’ai jamais rien réussi à faire faire à Lara Croft à part la noyer j’étais mal partie. Mais en fait ça va, c’est jouable (Super Mario j’étais pas mal douée cela dit). La progression n’est que pirouettes, sauts, galipettes, entremêlé d’endroits secrets à découvrir, de batailles contre créatures diverses et énigmes pas compliquées. Le choix de la caméra varie selon la lubie des programmeurs et parfois on se voit jongler sur une différente vue avec les touches de clavier et ça je n’aime pas. Oui je suis joueuse à la souris, oui on peut BIEN jouer sans clavier, mais là n’est pas question, le clavier est obligatoire. Entre les loupés de bord de fenestre et les passages difficiles de tuage de monstres où à sa mort on en revient au passage, celui juste avant les 24 sauts complexes et vire voletants, avec une image qui rame et des chutes fréquentes, l’énervement s’atteint très vite, la théière bout, le chat ne rit plus. Oui car le jeu enregistre tout seul à certains points de passage. Dommage pour les adeptes du Ctrl+S dont je fais partie. Bref bof. Mais joli je le redis. Du genre à vouloir continuer l’aventure pour voir l’univers d’après. Mais… je ne crois pas que celui-là non plus je vais le finir. Allez dans moins d’un mois sortira Skyrim.

alice return to madness1